Chroniques

 
L'ŒIL DU PHILOSOPHE


Chaque jeudi, dans le Monde des Livres, la chronique de Roger-Pol Droit Figures libres traite d'un essai qui vient de paraître.


Les détails sont des mondes


Secondaires, les détails ? Par définition, on les considère comme des points sans importance, sans intérêt. Ils se glissent dans un coin du tableau, un détour de paragraphe, un accord dans une phrase musicale – sans rien déranger. Il suffirait donc d’un peu d’attention pour les relier aisément au propos d’ensemble. Les détails ne seraient qu’adjuvants, apostilles, contrepoints, codicilles et compagnie. Voilà ce qu’on croit. C’est une grave erreur. Car non seulement les détails sont essentiels – Dieu et diable viennent s’y nicher –, mais ils mènent une vie singulière, indépendamment des ensembles, des unités, des œuvres. Les détails ont leur énergie propre. Ce sont des particules. Comme elles, ils défient les savoirs perspicaces, et semblent souvent incompréhensibles, pour peu qu’on commence à leur prêter attention. Pour les explorer, quantité de ruses et d’hypothèses ingénieuses s’avèrent indispensables.

Le Monde | 18 décembre 2014


>> Lire la suite
 

Chaque Vendredi, dans le quotidien Les Echos, Roger-Pol Droit scrute en philosophe un fait d'actualité.


Les fêtes et la terreur


Ah… Le casse-tête des réveillons ! Que prévoir à manger, à boire, à offrir ? Qui inviter, qui éviter ? En ce moment, ce sont les questions de la vraie vie, la quotidienne, celle de tout le monde. Pourtant, chacun sait aussi que les titres de l'actualité parlent d'atrocités, d'attentats, d'otages, d'agressions. Chacun l'imagine aisément : personne, à Sydney, dans ce café animé, ne craignait quoi que ce soit ce matin-là. Pas plus qu'à Ottawa, il y a quelques semaines, aux alentours du Parlement. Et voilà qu'en quelques secondes, la panique s'installe : des otages tremblent, un tireur embusqué tue. Tout en s'interrogeant sur les menus et les cadeaux, personne n'ignore que le terrorisme sauvage est en train d'exploser. On y pense et on oublie : la vente de sapins de Noël bat son plein, les magasins sont bondés, les fêtes se préparent. Rien de plus banal, et normal, au premier regard, que cette schizophrénie.

Les Echos | 19 décembre 2014


>> Lire la suite

ACTUALITÉS

Petites expériences de philosophie entre amis



 

couv_



COMMENT VONT LES CHOSES
production Théâtre du Rond-Point, texte publié aux éditions Odile Jacob (2003) et Poche Odile Jacob (2005)

 

SI JE N'AVAIS PLUS QU'UNE HEURE À VIVRE
ODILE JACOB
110p.
12,90€


Achetez ce livre

- sur Amazon

- à la Fnac

- sur Chapitre.com

 

Présentation :

Un philosophe-poète part à la rencontre des choses. Il tombe sur un bol, un trombone, un congélateur, une poubelle. Ils ont des choses à se dire. Au début, ça surprend. Le bol rassure, le trombone se la joue éthique, le congélateur flirte avec la mort. On saisit vite que ce drôle de voyage en terre méconnue concerne tout le monde. Chacun vit nuit et jour au milieu d’un peuple d’objets sans les voir et sans entendre ce qu’ils expriment. Il est temps de chercher comment vont les choses, quitte à paniquer, s’affoler, s’amuser. C’est un jeu que chacun peut pratiquer. Une fois déclenché, il n’y a plus moyen d’y mettre fin...


> Articles et émissions

 

Présentation :

« Si je n’avais plus qu’une heure à vivre, une heure seulement, exactement, inéluctablement, qu’en ferais-je ? quels actes accomplir ? que penser, éprouver, vouloir ?
quelle trace laisser ?
car dès lors tout devient plus intense, plus urgent et plus dense 
il faut écarter les illusions, les trompe-l’œil, ôter le superflu, aller à l’essentiel, direct, 
mais il est où, l’essentiel ? » Chacun de vous y a déjà songé au moins une fois. Un exercice radical, décisif, percutant. Et si, à votre tour, vous n’aviez qu’un moment pour dresser le bilan, pour vous souvenir, pour chercher ce qui, pour vous, compte le plus ?


> Articles et émissions

Livres récents

Petites expériences de philosophie entre amis  

Petites expériences de philosophie entre amis

  couv_